croatie.eu le pays et ses habitants
Salle de lecture dans les Archives nationales à Zagreb (ancienne Bibliothèque nationale et universitaire). On compte plus de 25 millions de volumes dans les 1800 bibliothèques en Croatie, dont 2,2 millions pour la seule Bibliothèque nationale et universitaire.
La culture

Musées, galeries et bibliothèques

Musées et galeries

La Croatie a une longue tradition de conservation de son patrimoine culturel, qui débute avec le développement des trésors d’églises et des fondations privées. Toutefois, la première collection muséale publique fut rassemblée à Split en 1750.

Les premiers musées nationaux, institutions qui collectaient et exposaient les œuvres d’art et les objets du patrimoine, apparurent, quant à eux, au xixe siècle : à Zadar en 1832, à Zagreb en 1846, à Dubrovnik en 1872 et à Osijek en 1877. Leurs collections furent par la suite divisées en départements d’archéologie, de sciences naturelles, d’ethnographie et d’histoire, institutions aujourd’hui devenues indépendantes, tel le Musée croate d'histoire naturelle, le Musée archéologique et le Musée d'Histoire de la Croatie. Les musées spécialisés ont, quant à eux, vu le jour à partir de la seconde moitié du xixe siècle, plus particulièrement à Zagreb : le Musée des arts et métiers en 1880, la Galerie Strossmayer des Maîtres anciens en 1884, la Galerie d’art moderne en 1905, et le Musée de la ville de Zagreb en 1907. Le Musée des monuments croates anciens a été fondé à Knin en 1893, puis transformé en Musée central des monuments archéologiques croates à la suite de son transfert à Split après la Seconde Guerre mondiale. En outre, la célébration en 1925 du millénaire du Royaume de Croatie a suscité la création de musées, notamment à Požega, à Varaždin et à Šibenik.

Le musée d’art contemporain de Zagreb
Le musée des arts et métiers de Zagreb
Le Musée d'art moderne et contemporain de Rijeka
Galerie d'art à Split
L'église du très Saint-Rédempteur, tombeau du sculpteur Ivan Meštrović et de sa famille à Otavice, près de Drniš.
Musée du verre antique de Zadar

La tradition des galeries d’arts est, pour sa part, perpétuée par de nouvelles institutions à Dubrovnik (1945), Vukovar (1948), Rijeka (1949), Osijek (1954). Après la Seconde Guerre mondiale, de nombreux musées municipaux virent le jour, nombre d’entre eux ayant pour vocation la préservation du patrimoine régional, à l’instar de ceux de Rijeka, Gospić, Poreč, Čakovec et Kutina. Parmi les musées mémoriaux, les Musées Ivan Meštrović (Atelier Meštrović à Zagreb, Galerie Meštrović et Galerie Crikvine – Kaštilac à Split, ainsi que l'Église du très Saint-Rédempteur à Otavice), créés à partir de la donation de l’artiste, tiennent une place particulière. L’Exposition permanente d’art sacré à Zadar, créée en 1976, les trésors des cathédrales de Zagreb, Split et Dubrovnik, ainsi que les collections de certains ordres monacaux constituent, pour leur part, les plus importantes collections d’église. En 1954 est fondée à Zagreb la Galerie d’art contemporain, devenue depuis le Musée d’art contemporain, transféré en 2009 dans un édifice moderne et prestigieux. Parmi les musées plus récents on trouve le Musée archéologique Narona (2007) à Vid près de Metković, le Musée de la verrerie antique (2009) à Zadar, le Musée de l’homme de Neandertal de Krapina (2010), remplaçant l’ancien Musée de l’évolution, l’innovant Musée des cœurs brisés (2011) à Zagreb, ou encore le Musée de la culture de Vučedol (2015) à Vukovar. Zagreb possède également le Pavillon des arts (1898) et la Galerie Klovićevi dvori (1982), qui ne proposent pas de collection permanente mais accueillent les expositions du patrimoine mondial et national.

Un Centre muséal de documentation, fondé en 1955, coordonne le travail de ces musées et galeries.

On trouve aujourd'hui des musées, galeries, cabinets d'exposition ou collections dans toutes les villes de grande et moyenne importance de Croatie. Outre les lieux déjà mentionnés, citons encore, à Zagreb, le Musée ethnographique, le Musée Mimara, la Glyptothèque de l'Académie croate des sciences et des arts, le Musée croate d'art naïf et le Musée technique Nikola Tesla ; à Split, la Galerie des Beaux-Arts, le Musée ethnographique, le Musée archéologique, le Musée maritime croate et le Musée de la ville de Split ; à Dubrovnik, le Musée d'Art moderne, le Musée de la Guerre patriotique et le Musée de Dubrovnik (avec ses départements Culturel et historique, Maritime, Ethnographique et Archéologique) ; à Zadar, le Musée national et le Musée archéologique  à Šibenik, le musée de la ville de Šibenik  à Rijeka, le Musée d'art moderne et contemporain, le Musée maritime et historique du littoral croate, le Musée d'histoire naturelle et le Musée de la ville de Rijeka ; à Pula, le Musée d'Art contemporain d'Istrie et le Musée archéologique ; à Pazin, le Musée ethnographique d'Istrie.

Bibliothèques

Les premières bibliothèques en Croatie furent fondées par les bénédictins, imités par la suite par les autres ordres religieux. Dès la fin du xive siècle les diocèses médiévaux se sont dotés de bibliothèques, comme en témoigne l’inventaire d’époque du fonds bibliographique de la bibliothèque diocésaine de Zagreb, connue aujourd’hui sous le nom de Metropolitana. Par la suite, l’inauguration de collèges et de lycées jésuites fut souvent accompagnée de la création en leurs murs de bibliothèques, à quoi s’est ajouté, dès la Renaissance, un certain nombre de bibliothèques privées. La création de la bibliothèque du collège jésuite de Zagreb (1607) constitue les prémisses de la naissance de la Bibliothèque nationale et universitaire (NSK), qui abrite aujourd'hui l'activité bibliothécaire et documentaire de la bibliothèque nationale de la République de Croatie et de la bibliothèque centrale de l'Université de Zagreb, ainsi que l'activité de recherche et de développement de la bibliothéconomie croate et de développement du réseau bibliothécaire national.

La galerie Klovićevi dvori, située dans l’ancien monastère jésuite, dans la ville haute de Zagreb. Elle accueille de grandes expositions du patrimoine national, ainsi que les expositions de grands musées et galeries internationaux.
La Bibliothèque nationale et universitaire, accueillera de nombreuses conférences ministérielles durant la présidence croate de l’Union européenne et notamment deux sommets européens.
Hall d'entrée de la Bibliothèque nationale et universitaire à Zagreb
Salle de lecture dans les Archives nationales à Zagreb (ancienne Bibliothèque nationale et universitaire).
Bibliothèque des franciscains à Dubrovnik
La Bibliothèque de l'Academie croate des sciences et des arts à Zagreb conserve de précieux manuscrits, incunables et ouvrages rares, et elle collabore avec des académies et institutions scientifiques aux quatre coins de l'Europe et du monde.

Mais c’est surtout au cours des xixe et xixe siècles que le nombre des bibliothèques publiques, scolaires, spécialisées et autres s’est rapidement multiplié. Selon les données recueillies par la Bibliothèque nationale et universitaire, en 2018 la Croatie comptait 200 bibliothèques publiques autonomes avec leurs succursales et annexes, ainsi que neuf bibliobus, avec un fonds d'environ 11 millions de volumes. Les plus importantes sont les bibliothèques municipales de Zagreb, Split, Osijek, Rijeka, Zadar et Karlovac. Il existe également, en marge du réseau de bibliothèques universitaires publiques, deux bibliothèques universitaires dans des universités privées et plusieurs bibliothèques d'établissements d'enseignement supérieur privés. Le réseau scolaire compte 1257 bibliothèques aménagées dans des écoles et des foyers de lycéens, avec un fonds de 7 millions de livres. Deux bibliothèques de recherche œuvrent respectivement à Dubrovnik et Zadar, et la Croatie possède également des bibliothèques spécialisées, notamment celle de l'Académie croate des sciences et des arts.